Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 20:42

Je me suis penché sur le livre de Jean-Laurent Cochet : l'art et la technique du comédien.

Celui-ci a traversé au cours de sa carrière les grands textes du répertoire : sa passion. Sa principale activité en dehors du jeu est la transmission pédagogique. Ses cours sont donnés parfois en public. Ils sont une manière pour lui d'enseigner et d'éduquer le public à plus de discernement (p74). Sa pratique est a priori aux antipodes de l'improvisation, car une grande partie de son enseignement porte sur l'art de dire les grands textes, de rentrer non pas dans les personnages, mais d'interpréter ces supers personnages que sont les rôles du répertoire. Son livre décrit de manière originale sa perception de ces grands rôles. Il donne peu d'information sur la technique qu'il décline lors de son enseignement quotidien. Il énumère néanmoins ses grands principes : chercher le sens viscéral du texte voulu par l'auteur, atteindre à l'éloquence sensible : "faire croire que l'on improvise".(p90). Les textes se disent avec naturel sans jamais respecter la ponctuation écrite, sans oublier les silences. Il utilise la réaccentuation pour mettre en relief le texte. Maître corbeau sur un arbre PERCHE nécessite une réaccentuation pour bien faire comprendre que ce n'est pas l'arbre qui est perché, mais le corbeau. La respiration au niveau du bas-ventre est une clé de la technique de diction.

Comme Jouvet, il différencie l'acteur du comédien, ce dernier étant au-dessus. Il considère que l'acteur habite un personnage alors que le comédien est habité par le personnage. (p86) Ainsi, le comédien peut jouer tous les rôles.

Jean-Laurent Cochet ne se gêne pas après une longue carrière pour dire son admiration sur des auteurs délaissés aujourd'hui comme Anouilh, Musset et surtout Sacha Guitry (trop à droite selon la doxa en cours).

Pour lui, connaissant ses textes sur le bout des doigts, il ne fait aucun doute que Molière travaillait avec Corneille, Molière était l'acteur et l'improvisateur. Corneille, son ami, écrivait les grandes tirades. Cette remarque venant d'un fin connaisseur, ayant joué et éprouvé molière, me semble pleine de bon sens.

Si on habite Paris, on ne manquera pas d'assister au moins une fois à une de ces "Master-Class". Question de mieux comprendre cette grande tradition du Théâtre français, exigeante sur la diction des grands textes et issue de Jouvet, Dullin et Copeau. Voici des émissions 1 et 2 où Jean-Laurent Cochet expose ses idées sur le théâtre.


Repost 0
Published by improse - dans Livres
commenter cet article
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 20:56

Ce petit rappel pour les libraires et les particuliers qui veulent commander le manuel d'improvisation théâtrale ou bien 300 exercices d'improvisation théâtrale et qui ne trouvent pas les livres. Le livre est publié aux Editions de l'Eau Vive à ne pas confondre avec la librairie du même nom à Genève..

Le lien suivant sur www.improse.net fait de son mieux pour vous renseigner.

 

 

07.03.png

 

Pour tous renseignements

 

christophe(at)improse.net ou fax :+33(0)153016529

Repost 0
Published by improse - dans Livres
commenter cet article
30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 00:00
Je me suis régalé crescendo avec ce petit livre qui se lit d'une seule traite. La littérature sur l'impro étant rare, je me réjouis de toutes les lectures possibles. Si la première partie porte plus sur le cérémonial du match et son histoire, j'ai été frappé de l'importance accordée à la qualité des thèmes, à tel point que rédiger des thèmes qui puissent appeler à une belle impro est conçu comme une discipline en soi. Par la suite, Stéphane Volle par la transcription de ses dialogues avec Pierre Martineau nous replonge dans l'utopie initiale du match d'impro : un prétexte pour raconter de belles histoires et pour faire du beau jeu. Il insiste ensuite sur l'importance du contact physique, de la gestion de l'espace, des émotions, des *switchs" toutes choses essentielles et parfois mises sous l'éteignoir dans la ferveur d'une soirée d'impro. "Trente ans de match d'impro" est à commander sans hésiter aux Editions du halage -Chemin du halage- Cambes 33880- contre 12,50 € (10 €+ 2,50 de frais de port) plus de renseignements : editionsduhalage@hotmail.fr
30ans.jpg
Repost 0
Published by Christophe Tournier - dans Livres
commenter cet article
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 19:58

On trouvera ci-dessous une tentative de dresser une liste de tous les livres traitant spécifiquement de l'improvisation théâtrale en langue française. N'hésitez pas si vous découvrez d'autres contributions...

Repost 0
Published by Christophe Tournier - dans Livres
commenter cet article
11 mars 2007 7 11 /03 /mars /2007 00:00

Voici un sondage sur les meilleurs livres sur l'improvisation paru dans le forum de Yesand.

Improvise - Mick Napier 52.24%
Truth in Comedy - Del Close 44.78%
Jill Bernard's Small Cute Book of Improv 37.31%
Impro - KJ - 40.30%
Improvisation for Storytellers - KJ - 32.84%
Improvisation for the Theater - Viola Spolin- 23.88%
Interactive Acting 5.97%
Improvisation for the Actor 5.97%
The Compass 7.46%
The Empty Space 2.99%

Je suis d'accord avec le classement du numéro un, le livre de Mick Napier, dont je me suis fait largement l'écho dès sa sortie. Il apporte à l'impro une nouvelle dimension qui nous reste à explorer dans les prochaines années. Comme celui de Viola Spolin "Improvisation for the theater" avait ouvert les portes de l'impro dans les années soixante et celui de Keith Johnstone "Impro" dans les années quatre vingt qui avait abordé de nouvelles voies dont nous sommes tous les héritiers.

Repost 0
Published by Christophe Tournier - dans Livres
commenter cet article
27 février 2007 2 27 /02 /février /2007 00:00
Redecker est ce philosophe qui vient d'avoir maille à partir avec les foudres islamistes(voir fr3). En 2004, il avait commis un petit livret charmant sur l'improvisation. Redecker évalue l'improvisation au plus haut point. Pour lui, elle permet de passer de la chose mécanique à l'art. On pourra lire ici une critique du livre. Pour résumer son bel hommage rendu à l'improvisation, j'ai utilisé la modélisation visuelle qui me semble ici un bon moyen d'embrasser en un coup d'oeil la complexité d'un propos de type philosophique. Voir pdf.
Repost 0
Published by Christophe Tournier - dans Livres
commenter cet article
9 février 2007 5 09 /02 /février /2007 19:18

Hassan Jouad a écouté les diseurs de poésie dans l'Atlas marocain. La poésie berbère improvisée est basée sur la versification et sur une structure complexe. Le rythme et les règles de cette poésie sont calqués sur le rythme d'un coeur "la lay la li la la li la lay la li la da lal". Celui-ci balise la scansion et le rythme du poème. C'est ce que l'auteur appelle "ordre translexical". "Lorsque le poète de tradition orale doit inventer un poème, il est obligé d'opérer en situation d'improvisation, c'est à dire dans le mouvement et sous la pression de l'immédiateté. Or la création est une activité d'objectivation, qui suppose nécessairement une distance, spatiale ou temporelle, entre le créateur et son objet. L'improvisation étant par définition absence de toute distance, il s'en suit que le seul recul possible par rapport à l'objet de sa création qui s'offre à lui réside dans l'anticipation mentale de son aboutissement. C'est exactement là la raison d'être de l'étalon translexical, il matérialise un parcours temporel totalement balisé, qui permet au poète, en se placant au début et la fin de l'unité de discours et de réitérer cette opération indéfiniment."

Repost 0
Published by Christophe Tournier - dans Livres
commenter cet article
28 janvier 2007 7 28 /01 /janvier /2007 18:59

Les impostures font partie du monde de l'improvisation. Le livre "Les copains" de Jules Romains est le récit d'une imposture réalisée par une bande de potes qui mystifie toute une ville. De plus, ce livre est admirablement bien écrit et complètement loufoque. Un must de la littérature française du XXème! Voici un extrait (Quicktime) du film de 1964 avec Philippe Noiret! Film à l'origine de la chanson de Georges Brassens. Un extrait du chapitre VI du livre après le sermon chaud de Bénin, faux curé: "Les commandants en retraite palpaient des yeux les reins d'une voisine, et s'affolaient de n'en pas mieux connaître l'élasticité. Mais le tas de vieilles filles était pareil à quelque chat long, osseux, à la fois hérissé et pelé, noir et déteint, un chat de concierge qui aurait des convulsions pour avoir avalé le cordon de sonnette."


Repost 0
Published by Christophe Tournier - dans Livres
commenter cet article

Présentation

  • : Improse
  • Improse
  • : Christophe Tournier, auteur du manuel d'improvisation théâtrale, vous fait partager ses explorations dans le monde merveilleux de l'improvisation théâtrale.
  • Contact

Recherche