Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 février 2009 7 15 /02 /février /2009 00:00

"Les entreprises privées ne savent pas bien gérer les individus qui participent à l'effort collectif." Tel était un des arguments avancés par les auteurs de "Organizational Improvisation". L'art de l'improvisation a des choses à apprendre à l'art du management. C'est le propos de la conférence du 26 février à Lyon. La gestion de projet de développement d'applications informatiques s'en inspire parfois sans jamais la nommer. Pour Alain Asquin qui donne cette conférence "Entre le gazeux et le cristallin, il y a le liquide. C'est cet état que devraient chercher les organisations, une organisation fluide qui tolère une certaine forme de désordre qui est la source du mouvement."   On pourra relire ce texte de Mary Crossan qui résume en partie la question de l'impro en entreprise.

Repost 0
Published by Christophe Tournier - dans Impro organisationnelle
commenter cet article
25 novembre 2007 7 25 /11 /novembre /2007 00:00

Le développement logiciel s'inspire depuis plusieurs années des techniques d'improvisation. En 1999 paraissait un article intitulé : "Improvisation in Small Software Organizations". "Néanmoins pour la plupart des petites organisations dédiées au logiciel, la réalité quotidienne est non déterministe, multidimensionnelle et implique une négociation constante entre les groupes travaillant sur le logiciel. La plupart des grandes organisations en cas de turbulence se réfugient dans la routine alors que les petites explorent de plus en plus. Ainsi les bonnes pratiques ont tendance à enliser le système qui devient de moins en mois ouvert au changement. Dans le développement logiciel, il faudrait être capable d'apprendre de ses erreurs et transformer celles-ci en opportunités d'apprentissage." Rigueur et spontanéité conjuguées, les techniques modernes de développement logiciel sont en réaction face aux techniques classiques réputées lourdes, académiques et trop formelles. Elles se nomment méthodes agiles. Exemple : l'extrême programming, l'une des plus connues des méthodes agiles. Elle met l'accent sur les valeurs de courage, de travail en commun, de simplicité et promeut en permanence le feedback. La notion supplémentaire de "métaphore" est une manière de décalage qui facilite la communication entre membres de l'équipe pour décrire la complexité des applications. Courageux, le développeur agile n'hésitera pas à jeter son travail par la fenêtre s'il ne marche pas. Il travaillera le plus souvent avec un collègue et privilégiera l'échange avec ses pairs. Autre exemple récent : Erich Gamma après avoir développé Eclipse, un des "open-source" le plus populaire au monde pour les développeurs vient de concevoir Jazz, un outil permettant une collaboration et une transparence constante entre les équipes de développement logiciel. D'ailleurs sa prochaine conférence présentant cet outil inspiré et adapté des techniques agiles s'intitule sans surprise : "Developing Software like a band plays Jazz".

Autre Article : The Role of Improvisation in Off-the-Shelf Software Development of
Entrepreneurial Vendors

Repost 0
Published by Christophe Tournier - dans Impro organisationnelle
commenter cet article
15 novembre 2007 4 15 /11 /novembre /2007 00:00

Voici un extrait d'un l'article paru le 7 septembre 2004 dans le NYT. Kathleen Tierney, professeur de sociologie à l'université du Colorado, a travaillé sur l'ouragan Andrew, les émeutes de Los Angeles et une succession de tremblements de terre violents en Californie. Elle nous raconte la journée du 9/11 sous l'angle de l'improvisation... «Les catastrophes créent une interruption de la routine. Nous voyons ce que les sociologues appellent « convergence de masse. » Il y a un flux localisé de personnes, de ressources, de medias. Vous voyez la même chose pendant les tremblements de terre et les ouragans. Dans ce genre d'évènement, il y a un brouillage du rôle des professionnels et des citoyens ordinaires. Le volontariat devient intense. Spécifiquement, le 9/11, à l'intérieur des tours jumelles, les gens se sont aidés à sortir, ce qui explique que la plupart des personnes qui étaient sur les planchers au-dessous des points d'impact ont survécu. Dans les hôpitaux, les gens se sont portés volontaires pour donner leur sang. Une des premières choses remarquables à New York était la qualité des interactions entre les personnes, s'inquiétant et prévenant. J'ai également vu l'importance de l'événement dans les yeux des ouvriers délégués d’urgence. Vous voyez ceci dans tous les désastres, il y avait cette électricité douce entre eux. Une autre chose que nous avons immédiatement noté était qu'il y avait beaucoup d'improvisation. De nouveau, ceci se produit dans les ouragans, tremblements de terre, éruptions volcaniques. À New York, vous avez eu cet événement incroyablement complexe - quelque chose de l'ordre d'une catastrophe naturelle, mais également une scène criminelle. En même temps, le centre exécutif de la ville pour le World Trade Center avait été détruit dans l'attaque et la structure de commande avait été brisée. Les gens ont dû improviser. Et c’était une bonne chose. Une des choses classiques que vous voyez dans une crise est le processus de décentralisation de l’autorité aux niveaux les plus bas des échelons des organisations et cela se produit, en partie, parce qu'il y a beaucoup de décisions à prendre. En outre, la prise de décision pertinente doit être relative à ce qui se produit à un endroit donné. Le commandement centralisé est trop loin pour cela. Vous voyez généralement les personnes prendre la responsabilité elles-mêmes. Ainsi les désastres peuvent être une expérience de démocratisation. Si vous lisiez le rapport de la Commission de 9/11, dans les premières minutes après les attaques, un contrôleur de la navigation aérienne a demandé à tous les vols commerciaux de quitter le ciel de New-York. Maintenant, cette personne n'a pas attendu qu’on lui donne l’ordre pour cela. Elle s'est dit, « dans ces circonstances, ceci semble raisonnable. » C'est une prise de décision classique dans la crise. Ceci s'appelle « l'intelligence distributive». Quand quelqu'un dans un réseau a une bonne idée et le courage de se tenir prêt. Et une des forces de notre culture est qu'elle autorise des personnes en position de pivot à faire ces choix. Si nous détruisons cela, nous aurons détruit quelque chose d’extrêmement valable en termes d’adaptation à l'imprévisible. Aux dires d'Anne Applebaum dans le Washington post et John Tierney, quelques années plus tard, la catastrophe de Katrina n'a malheureusement pas retenu les leçons du 9/11 septembre. Le gouvernement sous l'égide de la FEMA a centralisé les prises de décisions et on ne compte plus les erreurs commises, les injonctions à respecter les procédures qui ont empêché nombre d'initiatives individuelles improvisées.

Repost 0
Published by Christophe Tournier - dans Impro organisationnelle
commenter cet article
5 novembre 2007 1 05 /11 /novembre /2007 00:00

Cela vient d'Allemagne. Loin du formalisme du séminaire d'entreprise. Cela s'appelle le powerpoint karaoke.. "Son principe: les candidats doivent improviser, durant cinq minutes, une présentation sur la base d'un document PowerPoint (logiciel de Microsoft utilisé pour les conférences) pêché au hasard sur internet. L'objectif: donner l'impression que l'on maîtrise son sujet tout en amusant l'auditoire."

Repost 0
Published by Christophe Tournier - dans Impro organisationnelle
commenter cet article
25 septembre 2007 2 25 /09 /septembre /2007 13:53
Voici le badge des employés des Hôtels Marriott. Le management du Marriott utilise la règle du Oui pour en faire sa campagne de management au service de ses clients. J'ai demandé le badge à un employé de l'hôtel Mariott du Caire qui n'a pu me le refuser.
Repost 0
Published by Christophe Tournier - dans Impro organisationnelle
commenter cet article
4 janvier 2007 4 04 /01 /janvier /2007 16:00


Voici le deuxième livre de Richard Pineault. Son premier, original petit opus de poche dénommé "Tout sur l'impro", a rencontré déjà un franc succès. Celui-ci aborde le difficile sujet de l'impro et de l'entreprise. Comment rendre perceptible aux yeux des responsables d'entreprise et des ressources humaines que l'improvisation peut rendre des services à l'entreprise? Richard nous offre quelques clés. Il s'est déjà forgé depuis plusieurs années à Paris une belle expérience à travers le match d'impro. La première partie de son livre parcourt les points sur lesquels le match d'improvisation et les principes de l'impro peuvent aider l'individu à mieux évoluer au sein de l'entreprise. La seconde présente une suite d'exercices simples, parfaitement choisis et décrits pour mettre en place le concept d'impro. L'acteur peu intéressé par le monde de l'entreprise bénéficiera déjà largement de cette deuxième partie. La première partie ouvre des portes du point de vue du vocabulaire métier de l'impro. J'ai aimé des expressions comme "en garder sous le pied", "accepter de réduire son influence", "jouer le contrepoint", "savoir changer de point de vue", "Faire de l'autre une source d'inspiration"... Le livre s'accompagne de tableaux très simples sur le lien entre les principes à développer et les exercices à mettre en place. Il bénéficiera aussi bien aux passionnés de théâtre qu'à ceux qui veulent envisager l'impro sous l'angle de l'entreprise.  
Repost 0
Published by Christophe Tournier - dans Impro organisationnelle
commenter cet article

Présentation

  • : Improse
  • Improse
  • : Christophe Tournier, auteur du manuel d'improvisation théâtrale, vous fait partager ses explorations dans le monde merveilleux de l'improvisation théâtrale.
  • Contact

Recherche