Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 21:15

J'ai eu l'occasion de voir plusieurs pièces du "théâtre de répertoire", c'est l'expression utilisée par les acteurs de la troupe de Piotr Fomenko. Ils mettent en scène une pièce écrite par un grand auteur comme Tchekhov et jouent cette même mise en scène pendant des années. En tout cas, ils arrivent avec dextérité à transformer un texte qui n'est pas nécessairement hilarant en première lecture comme les trois sœurs de Tchekhov ou Loups et Brebis d'Ostrovski (Le molière russe) en un véritable terrain de jeu complètement loufoque.

À se demander s'il existe quelque part un art dramatique avec un grand A car il semble qu'avec ses diables de Russes, il soit possible de tout tourner en dérision, de rendre le théâtre léger et drôle en toutes circonstances.

Les recettes de Piotr Fomenko et (dans une moindre mesure de Youri Pogrebnitchko) sont aussi simples qu'habiles à dissimuler le travail énorme réalisé par les comédiens : il se passe toujours quelque chose sur scène et les acteurs ne cessent pas de manipuler un objet quelconque. Pour Piotr Fomenko, les objets font partie intégrante de la mise en scène. Cette manière de mise en scène sans répit donne une impression de légèreté aérienne,'de naturel et de fluidité extraordinaire au jeu des acteurs. Même le personnage le plus noir est sujet à de multiples détournements et truculences, Les acteurs en proie aux émotions les plus diverses continuent de manipuler... un coussin, une bouteille de vodka, une serviette de table en les détournant souvent de leur fonction première. La nappe sur la tête des acteurs exprime par exemple leur timidité à engager la conversation.

Selon les acteurs, leur travail n'a rien à voir avec l'improvisation. Ils s'éloignent de la méthode Stanislavski car ils travaillent dès le début avec des objets réels et non avec des objets imaginaires.

Voici une petite liste de manipulations réalisées par les acteurs : Enlever des gants, mettre ses bottes, serrer ses lacets, enlever un manteau, mettre un chapeau, jouer avec un châle, manger un œuf dur, caresser des étoffes, un rideau, frotter ses pieds, jouer du piano, jouer avec une petite cuillère, rajuster son col, jouer avec une serviette de table, sauter par-dessus une valise avec ou non un plateau à la main, jouer avec une poupée ou un ours en peluche, monter sur une échelle, déplacer un pot de fleurs, allumer une bougie, se couvrir avec une couverture, mettre un chapeau avec un voile, ajuster une robe de chambre, calculer avec un boulier, trier des papiers, jouer avec une plume, avec un encrier...

Pièces Vues

Les 3 soeurs de Youri-Pogrebnitchko

Loups et Brebis et le Bonheur conjugual de Piotr Fomenko

 





Repost 0
Published by improse - dans Scène - Théâtre
commenter cet article
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 14:44

Prompteur : Appareil sur lequel défile le texte que peut lire le présentateur de télévision.

Imprompteur : Personnage qui habite l'improvisateur lorsqu'il a l'impression qu'un appareil extèrieur ou qu'une tierce personne s'exprime à travers lui sans qu'il fasse le moindre effort.

Deux personnages habitent l'écrivain-improvisateur : l'écrivain classique assis à sa table ou celui qui marche, qui travaille, qui réfléchit et son imprompteur, celui qu'il faut réveiller et certes échauffer un peu , mais qui improvise, parle tout seul avec sa voix à lui. L'écrivain lui n'a plus qu'à appliquer sa mise en forme et son style... Avec l'écrivain, il y a toujours un peu de l'imprompteur. Avec l'imprompteur, il y a d'abord un improvisateur, un écrivain oral, debout et qui profère son texte à haute-voix. L'imprompteur dans le meilleur des cas est remplacé par ce personnage qui vient habiter l'improvisateur et qu'il est en train de faire exister au fur et à mesure de l'impro...

Repost 0
Published by improse - dans Oralité
commenter cet article
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 10:46

Dans un livre qui rencontre un bon succès en cette période de Noël "Méditer jour après jour", Christophe André parle de l'acceptation dans les termes suivants (p172):
"Accepter, ce n'est pas dire "Tout est bien" (cela est l'approbation) mais "tout est là, tout est déjà là".

Nous n'avons pas besoin d'aimer une pensée, une situation, une personne ou une expérience pour les accepter. Pas besoin d'aimer, juste admettre que cette pensée, cette situation, cette personne, ou cette expérience sont là: elles existent. elles sont déjà dans ma vie, et il va me falloir composer et avancer avec elles.
L'acceptation, c'est le degré supérieur du lâcher-prise... C'est l'accueil sincère et complet du réel tel qu'il se présente à nous."
Ainsi dans la vie, comme en impro, le oui est un gain de temps et d'énergie qui nous rend plus apte à aborder le présent tel qu'il se présente.

 

http://www.mollat.com/cache/Couvertures/9782913366374.jpg

Repost 0
30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 00:00
Je me suis régalé crescendo avec ce petit livre qui se lit d'une seule traite. La littérature sur l'impro étant rare, je me réjouis de toutes les lectures possibles. Si la première partie porte plus sur le cérémonial du match et son histoire, j'ai été frappé de l'importance accordée à la qualité des thèmes, à tel point que rédiger des thèmes qui puissent appeler à une belle impro est conçu comme une discipline en soi. Par la suite, Stéphane Volle par la transcription de ses dialogues avec Pierre Martineau nous replonge dans l'utopie initiale du match d'impro : un prétexte pour raconter de belles histoires et pour faire du beau jeu. Il insiste ensuite sur l'importance du contact physique, de la gestion de l'espace, des émotions, des *switchs" toutes choses essentielles et parfois mises sous l'éteignoir dans la ferveur d'une soirée d'impro. "Trente ans de match d'impro" est à commander sans hésiter aux Editions du halage -Chemin du halage- Cambes 33880- contre 12,50 € (10 €+ 2,50 de frais de port) plus de renseignements : editionsduhalage@hotmail.fr
30ans.jpg
Repost 0
Published by Christophe Tournier - dans Livres
commenter cet article
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 00:00
Les processus de création laissent une large place à l'improvisation. Néanmoins, l'improvisation n'est pas toujours relative à l'instant. Nous avons l'habitude en spectacle de répondre rapidement aux sollicitations de nos partenaires, par une des premières intentions qui nous animent. Dans la vie quotidienne, l'improvisation se manifeste par notre capacité à accueillir de nouvelles idées, de résoudre un problème qui nous apparaissait insoluble, peu de temps auparavant. Comment cela se produit ? J'appellerais ce processus la gestation spontanée. Il consiste à aborder un problème, à l'analyser avec le plus de précisions possibles puis de le laisser en suspens, afin de détourner le censeur. Après le travail d'analyse approfondie, on abandonne et on laisse décanter le sujet. Et là, après quelques heures ou quelques jours, la solution, la réponse, issue du diable Vauvert, apparaît dans toute sa clarté. Ce processus proche d'un dialogue intérieur consiste à circonscrire un problème en le transformant au final en question. Ainsi, le dialogue, au lieu de s'exprimer sous forme d'affirmations comme en scène, s'exprime sous forme de question ciblée. L'improvisateur se détourne alors du sujet abordé, lâche prise. Plus tard, la réponse lui apparaît soudainement, sous forme d'image ou autres, comme une réponse intuitive à ses questions. S'il est à l'écoute de lui-même (écoute), s'il fait confiance à la fée de l'impro (Ose), si les questions qu'il s'est posées sont suffisamment précises (Prépare), les réponses grâce à la gestation spontanée apparaîtront d'elles-mêmes, à rebours, dans les jours à venir (construis)... J'aborde cette idée dans mon second livre "300 exercices d'improvisation et d'exploration théâtrale" qui devrait sortir prochainement. J'ai appelé ce concept "le voyage intérieur". On trouvera ici un article qui aborde la mécanique de la créativité sous cet angle. "La créativité est un processus continu en quatre étapes: la définition du problème, la recherche des informations, l'incubation et l'illumination."
Repost 0
Published by Christophe Tournier - dans Impro au quotidien
commenter cet article
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 00:00
Les premières hypothèses de recherche sur le cerveau créatif s'appuient sur l'idée d'un cerveau expressif (zone rouge) qui se déconnecterait de la zone du cerveau (zone bleue), siège de l'auto-censure et du contrôle de soi.
 
Source : ted.com Dans le même ordre d'idée, si on fait l'analogie entre nombre d'exercices théâtraux, qui privilégient l'attention et les capacités de perception, et la méditation, les dernières recherches laisseraient apparaître une augmentation importante du cortex chez les méditants. " Les méditants s'habituent à ne pas penser ou élaborer les choses dans leur esprit... L'objectif n'est pas tant de faire le vide dans sa tête, mais de ne pas se laisser prendre dans les pensées aléatoires qui apparaissent dans la conscience."

Posted

La dissociation entre le cerveau-censeur et le cerveau-improvisateur
Repost 0
Published by Christophe Tournier - dans Impro au quotidien
commenter cet article
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 00:00

Si on généralise la notion d'improvisation à divers domaines a priori éloignés les uns des autres. Cela donne l'ordre imposé contre l'ordre spontané. Et ceci n'est pas un clin d'oeil, car c'est un point de vue qui traverse nombre de débats dans de multiples domaines. La crise de 2008 avec l'apparente victoire du maître de la macro-économie, John Maynard Keynes, nous la rappelait avec force. En effet, un des principaux théoriciens de la notion d'ordre spontané, notamment en économie et même en psychologie s'appelle F.A Hayek, prix nobel d'économie 2n 1974. S'il existe un véritable match posthume entre les théories économiques, il se joue entre Hayek et Keynes, qui étaient deux amis. On écoutera ce rap qui symbolise cette bataille de titans, qui est à l'économie ce que la lutte épique entre Gino Bartali et Fausto Coppi fut au cyclisme... En attendant, à brûle pourpoint, voici un diagramme qui montre divers domaines où ce point de vue peut éclairer notre connaissance.

Un exemple inattendu encore, avec la critique littéraire : L'auteur Paul Cantor prend le partie de débusquer dans la littérature les tentatives des auteurs de mettre en exergue l'ordre spontané contre l'ordre imposé. Le voilà qui étudie Shakespeare, Cervantes, Kafka et Orwell bien sûr, et bien d'autres...

Repost 0
Published by Christophe Tournier - dans Impro au quotidien
commenter cet article
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 00:00
Cinq émissions de Raphaël Enthoven en février 2011 sur France-Culture avec le responsable de la revue Tracés dont le numéro consacré à l'impro est sorti en 2010. Les deux premières ( un et deux) présentent une vision générale de celle-ci. L'impro est liée au hasard et elle intègre les éléments de l'environnement extérieur. On y retrouvera la nécessité de la préparation. On y réfléchira à la différence entre interprétation et création, cette dernière nécessitant improvisation et composition. Dans la troisième émission, on découvre que le scat de Louis Amstrong est l'équivalent du grommelot au théâtre. On y apprend également que la musique "souffrirait" du même syndrome que le théâtre. A savoir, la prédominence du texte et de la composition sur l'impro... La dernière et cinquième est consacrée au cinéma et aux impros dans le cinéma.
Repost 0
Published by Christophe Tournier - dans Atelier d'impro
commenter cet article
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 00:00
Soulignons l'engagement "militant", continu et sans faille de Papy-Alain Degois- pour l'improvisation théâtrale depuis des années. Il est sur le divan de Michel Drucker dans Vivement Dimanche le 16/01/11 pour exposer sa vision de la fondation Culture & Diversité, utilisant le match comme outil de création et d'éducation. Hélas, je n'ai pas trouvé la vidéo. On se consolera avec ce reportage de France-Info.
Repost 0
Published by Christophe Tournier - dans Atelier d'impro
commenter cet article
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 19:58

On trouvera ci-dessous une tentative de dresser une liste de tous les livres traitant spécifiquement de l'improvisation théâtrale en langue française. N'hésitez pas si vous découvrez d'autres contributions...

Repost 0
Published by Christophe Tournier - dans Livres
commenter cet article

Présentation

  • : Improse
  • Improse
  • : Christophe Tournier, auteur du manuel d'improvisation théâtrale, vous fait partager ses explorations dans le monde merveilleux de l'improvisation théâtrale.
  • Contact

Recherche