Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 août 2014 6 30 /08 /août /2014 16:54

La semaine dernière, une amie improvisatrice exerçant dans les métiers de la formation me racontait qu'elle avait remporté un contrat de manière inattendue grâce à un programme fondé sur les techniques d'improvisation. Elle m'a rappelé ainsi que la formation et les événements d'entreprise sont une des plus fortes tendances de développement de l'improvisation théâtrale. Le théâtre et l'entreprise sont beaucoup plus apparentés que l'on puisse le croire. Monter une pièce de théâtre comporte beaucoup d'analogies avec le fait de monter un projet d'entreprise. Les acteurs l'oublient parfois. Le cliché cinématographique qui me semble un peu éculé correspond au scénario suivant : le héros travaille dans une entreprise quelconque, mais il s'aperçoit qu'il s'ennuie dans son travail et que sa vie est sans objet. Le reste du film consiste à nous montrer comment ce personnage va trouver sa voie vers le métier d'artiste. Parfois je songe à une histoire inverse. On y verrait un acteur s'ennuyer à répéter les mêmes pièces tous les soirs et quitter le métier pour monter l'entreprise de ses rêves avec succès.

Paradoxalement, la pratique de l'improvisation théâtrale, plus que celle du théâtre classique qui comporte plus d'aléas, est particulièrement compatible avec un métier exigeant. Les improvisateurs amateurs qui travaillent en entreprise pourront ainsi croiser leurs professionnels formateurs en improvisation théâtrale qui auront franchi le pas et créer une entreprise basée sur les techniques d'improvisation théâtrale. Les deux pratiquent avec autant de passion l'improvisation théâtrale.

Dans le cadre du développement de l'improvisation en entreprise, je citerai l'excellent livre "Prendre la parole en public" de Pascal Haumont. J'en ai donné la référence à mon amie dont les thèmes de formation sont : Expression orale en public et Confiance. Avec courage, Pascal a assuré que ses techniques dérivaient de l'improvisation théâtrale. Son livre en est à sa deuxième édition.

Autre référence pour mon amie afin de préparer sa formation :Mieux Communiquer en entreprise

De l'impro en entreprise : la prise de parole..
Repost 0
Published by improse - dans Impro au quotidien
commenter cet article
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 13:48
Combattre les démons du non

La technique d'acceptation en impro est sans doute à l'origine de la sensation d'écriture préalable qui traverse le public alors que la scène se réalise dans l'instant. Cette juste technique permet une progression plus fluide de la scène. Elle prend à revers une première réaction de déni peu constructive ou une tendance à la négociation ralentissant le jeu. Néanmoins, cette technique est parfois difficile à appliquer, car elle va à l'encontre des mécanismes habituels.

Combattre les démons du non

Pour pouvoir vaincre une tendance naturelle à s'aggriper à sa zone de confort ou à réagir avec une impulsion primaire (les démons du non), l'improvisateur peut travailler à une réponse plus élaborée. Plutôt que de s'ingénier à tenter de répondre oui à toute sollicitation, sans discernement, l'idée consiste à prendre un peu de recul en acceptant non pas la proposition dans son ensemble, mais la réaction qu'elle suscite en soi.

Combattre les démons du non

Ainsi l'improvisateur se place en situation d'observateur de ses propres réactions avant d'en prendre conscience et de répondre à toute sollicitation.

  • observer
  • prendre conscience
  • répondre

Quelques exercices d'application

  • Méditation sauvage

L'improvisateur s'installe confortablement et reste immobile quelques minutes. Il observe les pensées qui viennent sans s'y arrêter et se focalise parfois sur les bruits et les images qui l'entourent. A l'instar des grands mystiques de toute religion qui parlent parfois de détachement, considérer l'impulsion de déni ou de colère comme un objet et non une partie intégrante de soi est une étape importante à l'acceptation et l'élaboration de ses réactions.

  • "Linge sale"

Justifier toutes les horreurs insinuées et prendre le temps calmement, sans se démonter, de répondre à tous les mensonges proférés par nos camarades de jeu alors que l'on se trouve au centre du cercle.
-Ta chemise est sale
- Ma chemise est sale parce que j'ai mangé des cerises sans me
regarder dans une glace...

  • Impro solo d'un personnage au centre du cercle suivi de l'exercice ci-dessus... adressé cette fois au personnage
  • Dire Oui p97 (300 exos) et plus partiulièrement
    • 99 Parce que
    • 100 Le cercle de la vulnérabilité
    • 102 En t'écoutant.. je ressens (pour travailler à l'élaboration de sa réaction)
    • 104 Pièges
  • MIT 98 Le bagne: Réaliser toutes les extravagances proposées par les partenaires en observant l'évolution de ses impulsions internes.
Repost 0
Published by improse
commenter cet article
31 mai 2014 6 31 /05 /mai /2014 11:29

Nous énoncons rarement une définition de l'improvisation. Qu'est-ce que l'improvisation? Une conception et une création rapides.

Cette première ébauche de définition englobe nombre de pratiques. Elle requiert quelques précisions. Suivant les phases d'une création artistique, la création peut être très rapide, pour plus tard demander une part de fignolage avant le produit final. Le premier jet d'un travail d'écriture peut s'apparenter à une création rapide, avec par la suite réclamer des heures de relecture.

La création d'un film improvisé est très rapide dans ses prises de vues, mais très travaillée dans la phase de montage. Lelouch avec des dialogues à peine ébauchés laisse une grande liberté à ses acteurs. Le montage du film demande un travail important. Autre exemple: Clint Eastwood réalise la plupart de ses scènes en une seule prise. J'imagine une préparation si minutieuse qu'il est difficile de parler d'improvisation.

Ces phases de création rapide d'un premier jet affichent souvent des objectifs précis, c’est-à-dire des points de rendez-vous incontournables. Elles ne représentent qu'une phase dans le processus de création.

Pour permettre de raccrocher cette définition à notre pratique, je reprendrais la définition de Henri Gouhier qui parle de création en un seul temps ou en deux temps. La pratique de l'improvisation théâtrale sous forme de spectacles improvisés comme les matchs d'impros est une création rapide en un seul temps où la création et la représentation au public sont simultanées. "Improvisation (totale) : "Conception et création rapides réalisées en même temps que la représentation." Plus le temps est court entre la conception, l'ébauche du produit final et la présentation de ce produit devant un public, plus on peut parler d'improvisation.

La première définition (Création rapide) est ouverte. Elle aboutit à une notion d'improvisation utilisée comme outil (représentation en deux temps). La seconde qui découvre sa finalité en même temps que l'assistance est une improvisation « totale ».

D'une définition de l'improvisation
Repost 0
Published by improse
commenter cet article
2 mai 2014 5 02 /05 /mai /2014 06:57

Beaucoup d'exercices sont fondés sur un procédé d'apparence simple: le miroir*. Les exercices comme 107 Figures enchaînées ou les exercices de groupe comme 59 Le banc de poissons sont des exercices corporels qui se fondent sur ce procédé. Le 84 traducteur consiste à répliquer en français un discours en charabia en essayant de coller au plus prés, tout en énonçant une histoire qui tienne debout. La Catégorie "Peau de Chagrin" qui consiste à rejouer plusieurs fois la même impro est une application de ce procédé. Le miroir est associé à l'idée de répétition. Il faut reconnaître que si le cerveau -"Vous me copierez cent lignes!"- déteste la répétition. Le corps ne s’ennuie pas. Ainsi le procédé du miroir s'applique le plus souvent à une évolution corporelle.

L'imitation est une technique plus complexe qu'il n'y paraît. Refléter au plus près n'est pas un processus qui consiste à reproduire bêtement ce que l'on voit. Pour pouvoir imiter, il faut observer et écouter. Se laisser aller à suivre les propositions de ses partenaires est une façon efficace de lâcher prise soi-même, d’être en phase avec ses partenaires et d'éviter tout jugement. Le procédé du miroir serait un passage obligé à toute création, un processus essentiel pour l'acteur. Par exemple, les techniques de création de personnages, inspirées de personnages réels, sont des dérivées complexes de ce procédé.

Reflet et contraste : 2 procédés pour l'impro

Dans le même ordre d'idée, après avoir reflété ce que l'on observe, il est alors possible de mettre en jeu un autre procédé : "le contraste". Ce procédé consiste à faire l'opposé de ses partenaires pour ouvrir un champ d'opportunités qui va dans un sens différent. On peut jouer par contraste un personnage opposé : Lent-rapide; Large-petit; Fort-faible ; Triste-gai...

Ces deux procédés génériques, miroir et contraste, sont une source d'inspiration pour la création d'exercices. Ils sont également une source d'inspiration pour les exercices d'échauffement qui précèdent un spectacle d'impro, car ils faciltent la communication entre les acteurs.

Référence : Le corps Miroir dans 300 exercices d'exploration et d'improvisation théâtrale

*L'exercice du miroir (dont il me semble que le plus lointain témoignage dans la peu bavarde littérature théâtrale) remonte à Vakhtangov, disciple de Stanislavski, est sans doute le plus connu. Il se pourrait qu’il soit issu du monde de la danse avec Isadora Duncan qui travailla avec Stanislavski...

I'll be your mirror - Velvet & Nico

L'effet miroir
Repost 0
Published by improse
commenter cet article
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 21:11

J'ai commencé dans les années 95 à enseigner l'impro en me spécialisant dans les catégories des matchs. J'ai fait des choses assez générales, proches des techniques du match jusqu'en 2003, où je testais les exercices de mon manuel. Mon credo est devenu peu à peu (pour se libérer des craintes). "On s'en fout. Pas de coaching. Fonce».

Après 2005. j'ai essayé des techniques d'improvisation en solitaire. Cela a abouti à ce que j'appellerais les techniques d'improvisation verbale, une espèce de slam improvisé. Être capable de monologuer avec poésie et intelligence en s'appuyant sur la "balance" des mots. En 2010 et 2011, je me suis focalisé sur la vivacité, la capacité à improviser en toutes circonstances: un retour aux sources et une façon de se libérer des peurs et des reproches. (L'image du Chevalier Bayard a baigné mon enfance dans le Dauphiné). Le Catch Impro Maison est ainsi devenu la pierre d’achoppement de mon enseignement. Le formateur que je suis est constamment admiratif de la capacité des joueurs à ne jamais être en manque d'inspiration. En 2011, pour explorer les exercices de mon livre et face à des acteurs plutôt qu'à des improvisateurs, j'ai fait un détour par des techniques de répétition de pièces de théâtre basées sur l'impro. J'ai commencé à aborder de front les techniques corporelles sans plus pouvoir m'en passer aujourd'hui. En 2013, j'ai exploré les longues impros à partir d'une structure générique. J'ai été impressionné par la capacité des joueurs à rapidement réaliser des impros longues et magnifiques (Voir mes recherches sur Hamlet). J'ai continué mes explorations corporelles.

Aujourd'hui à partir de 2013-2014, mon axe principal est ce que j'appelle "Du corps au texte (et inversement)", une démarche corporelle exclusive et sans paroles alliées à une autre démarche extrême, les techniques pures d'improvisation verbale que j'explore depuis longtemps. J'essaie aujourd'hui en 2014, d'explorer le point de convergence entre ces deux extrémités. Tout en continuant à chercher à rendre l'impro facile pour les joueurs, à les inciter à choisir la ligne de plus grande facilité.

Repost 0
Published by improse - dans Atelier d'impro
commenter cet article
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 08:54

"Tant les entrepreneurs que les joueurs sont gens ignares, artisans mécaniques, ne sachant ni A ni B, qui jamais ne furent instruits et davantage n'ont langue diserte, ni langage propre, ni les accents de prononciation décente... Ces gens non lettrés ni entendus en telles affaires, de condition infâme, comme un menuisier, un sergent à verge, un tapissier, un vendeur de poissons, ont joué les actes des Apôtres..."

Ce texte est extrait d'un arrêt du parlement en 1542 interdisant aux spectacles populaires comme les Mystères de se produire. Ces injonctions ont été renouvelées en 1548, en 1615. Sous Louis XIV, le monopole du théâtre fut attribué aux comédiens français contre les comédies à l'Italienne qui les concurrençaient. Au XVIIIe siècle, on interdit aux pantomimes populaires du théâtre de la Foire de proférer le moindre texte. Ils continuèrent à jouer de manière muette ou chantée sans perdre leur public. Les comédiens professionnels étaient organisés en confréries ou jurandes qui ne souffraient pas la concurrence des amateurs et postulaient le monopole du métier. La France depuis le XVI siècle et surtout depuis la révolution est organisée sous un mode centralisé avec un cerveau administratif qui innerve ses départements. À l’image du pays, Paris était le cerveau organisateur. Au milieu du siècle dernier, les gouvernants et hommes de théâtre entreprirent pour la première fois de changer cet état de fait grâce à ce qu'ils appelèrent la décentralisation théâtrale. Ils ont en grande partie atteint leur objectif puisque aujourd’hui on trouve des Centres dramatiques dans toutes les régions de France. Ce ne fut pas chose facile.

Si l’on examine l'histoire de l'improvisation théâtrale sous cet angle-là, la décentralisation s'est opérée le plus naturellement du monde. Ce ne fut pas une décision centrale. Ce fut un phénomène spontané conduit par amateurs et même professionnels parfois, main dans la main. Il ne viendrait à l'idée de personne de dire que l’on y improvise mieux à Paris qu'à Brest ou Bordeaux. Il ne viendrait à l'idée d'aucun improvisateur parisien de lancer une campagne de dénigrement de l'improvisation en Province. Aujourd'hui dans chaque ville de France, on peut espérer trouver une troupe d'impro et remplir une salle. Grâce à l'impro, les acteurs sont créateurs à part entière et trouvent leur public. Le concept du match d'impro permettant de faire se rencontrer des joueurs qui ne se connaissent pas, l'organisation en réseau (avant Facebook) des associations ont permis une expansion particulièrement rapide et solide de ces dernières années. Celle-ci s'est forgée d'en bas et non à partir d'une décision administrative quelconque. À la manière du langage politique, nous pourrions avancer la constatation suivante: "l'impro a parfaitement réussi sa décentralisation théâtrale".

Impro et décentralisation théâtrale
Repost 0
24 décembre 2013 2 24 /12 /décembre /2013 14:18
Les 13 principes de développement  personnel de Benjamin Franklin

En 1775, le génial inventeur et père fondateur de l’Amérique écumait les salons parisiens pour faire connaître son pays. Il réussit ainsi à obtenir la première reconnaissance de l’Amérique avec la France et mit le pied à l’étrier à Lafayette pour qu’il puisse rejoindre la guerre d’indépendance américaine. Peu de temps avant sa mort, en 1790, cet homme bienveillant et épris de liberté consignait ses principes de vie pour essayer d’atteindre ce qu’il avait nommé la perfection morale. Sa méthode de développement de ses 13 vertus essentielles (inspirées des religions) consistait à noter les manquements à ceux-ci, puis de les effacer avec une éponge humide sur son cahier à chaque fois qu’une nouvelle « faute » apparaissait. Cette méthode a été reprise maintes fois et on la retrouve dans un exercice de Viola Spolin dénommé Score fondé sur un objectif de comportement passager à atteindre. C’est aussi la technique de Franklin qui témoigne de la difficulté d’acquérir toutes ses vertus à la fois, sachant qu’il est plus efficace de se consacrer à une seule à la fois et d’achever un cycle entier.

Pour Benjamin Franklin, la notion de génie et de grand homme n’existait pas. Elle était un artifice aristocratique pour nous laisser croire à une médiocrité immuable. Il pensait que la grandeur d’un homme procédait de ses vertus et que celles-ci se travaillaient sans être initialement acquises…

Tempérance

Ne pas trop manger ni trop boire

Silence

Ne parler que lorsque c’est nécessaire

Ordre

Bien ranger et accorder du temps à chaque chose

Résolution

Aller au bout de ce que l’on a décidé de faire

Frugalité

Ne rien gaspiller

Assiduité

Ne pas perdre son temps en futilités

Sincérité

Droiture. Ne pas blesser autrui avec des fourberies.

Justice

Ne faire du tort à personne. Les bienfaits sont un devoir.

Modération

Ne pas s’offenser des blessures

Propreté

Ne pas tolérer la saleté chez soi

Calme

Ne pas s’irriter d’accidents inévitables ou banals

Chasteté

Éviter les excès de volupté

Humilité

Éviter l’arrogance et de penser avoir toujours raison. Respect d’autrui.

Repost 0
1 décembre 2013 7 01 /12 /décembre /2013 21:30

A travers les articles précédents, nous avons examiné une façon particulière de faire des impros de longue haleine. Nous avons analysé la structure générique d’une histoire ou d’une pièce de théâtre. Nous l’avons nommé CEPPRE. Voici en conclusion deux méthodes d'application de cette structure.

La méthode organique : On suppose connue les caractéristiques du CEPPRE, on réalise une impro de longue haleine sans trop y penser, en appliquant les principes de base. On suppose les phases connues par la troupe. On désigne éventuellement un coach qui va superviser l’impro. L'improvisation est totale!

La méthode structurée : On désigne un directeur de jeu. Celui-ci va travailler d'arrache-pied afin de produire une pièce structurée et ambitieuse en respectant la structure générique. Il va découper chacune des phases du CEPPRE en scènes. Quelques mots résumant chacune des scènes, sa distribution et son objectif sont affichés dans les coulisses. Les acteurs libérés de la diificulté de la création d'une histoire n’ont que leur personnage et les mots de celui-ci à improviser. Ils n'ont connaissance à l'avance que de leur personnage et peuvent ainsi le préparer. La pièce improvisée peut se jouer plusieurs soirs de suite en permutant les acteurs. C’est une manière pour une troupe d’improvisateurs de jouer, voire de rejouer une vraie pièce de théâtre, une création totale… Le fichier ci-joint est une transposition** de la pièce d’Hamlet inspirée de la vie de Vassili Grossman, un brouillon destiné à illustrer cette méthode -auparavant expérimentée ici : (L’art de monter une pièce en 2 heures chrono).

** La transposition est une méthode classique des écrivains de théâtre et de roman, à tel point qu'il est parfois très difficile de retrouver la véritable source de l'inspiration.

                                                         La transposition

La transposition

Repost 0
Published by improse - dans Scène - Théâtre
commenter cet article
3 novembre 2013 7 03 /11 /novembre /2013 10:49

Examinons quelques moyens de s'inspirer de la pièce extraordinaire qu'est Hamlet afin de découvrir des moyens de s'exercer et de progresser. Cette pièce variée et très physique est une source d'exploration constante pour les acteurs professionnels. Il n'y a pas de raison qu'elle ne le soit pas pour les improvisateurs. 

Notons que Shakespeare inspire fréquemment les improvisateurs outre atlantique. ( Voir ici,, là aussi et encore là avec Sarah Hickler)

 

1. S'inspirer de Hamlet afin d'explorer les dimensions corporelles

La pièce est pleine de mystères et suivant l'interprétation que l'on a des personnages (mélancolie, suicide...) on peut s'emparer d'une scène et la jouer de multiples façons.

  • Utiliser la scène comme prétexte à un démarrage d'impro. Lire puis continuer à jouer sans texte en utilisant la dimension corporelle et en minimisant le verbal. Les mots de Shakespeare sont un excellent catalyseur.
  • Une Ophélie apeurée ou très obéissante, un Hamlet suicidaire ou parfaitement lucide, un Polonius bon père de famille ou un Polonius machiavélique n'auront pas les mêmes attitudes. On peut jouer les scènes en variant les attitudes des personnages. C'est l'approche préconisée dans le livre : Improvising Shakespeare
     

2. Improviser des scènes de Hamlet

 Il y a de nombreuses scènes à deux personnages susceptibles d'exploration. Ce n'est pas parce que l'on n'improvise pas le texte que l'on improvise pas. L'improvisation n'est pas seulement possible par l'énoncé d'un texte mais aussi par l'expression corporelle. Le texte de Shakespeare résonne de lui-même.

Les monologues sont l'occasion d'improvisation solo ( ici Russel Banks) avec un texte partiel qu'on abandonnera éventuellement au bout d'un moment. Les lectures à haute voix pourront être répétées plusieurs fois. Le texte riche et poétique se prête parfaitement à ce type d'exploration. S'il est des parties de textes à apprendre par coeur, (ou presque) pour un improvisateur, les extraits de Hamlet résonnent avec force. On peut jouer les monologues de Hamlet en utilisant quelques procédés particuliers. (Voir p193 de 300 exos)

 

3. Improviser Hamlet  en s'inspirant de son canevas

Reprendre le canevas et les personnages de Shakespeare, se montrer ambitieux et le rejouer sous la forme d'une longue impro. On peut faire un résumé de chaque scène qu'on affiche dans les coulisses et jouer avec ses propres mots. On improvise en respectant la trame de base.​

Nous verrons dans le dernier article comment à la manière de beaucoup de créateurs de pièces de thèâtre, on peut s'inspirer d'Hamlet, non pas pour écrire une pièce, mais plutôt dans notre cas, pour improviser une pièce non écrite.

Improviser Hamlet  en reprenant son canevas
Repost 0
Published by improse - dans Atelier d'impro
commenter cet article
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 21:22

J'ai passé une très belle soirée à Vidy pour voir Hamlet. Si je pouvais, j’y retournerais une deuxième fois, histoire de revoir nombre de subtilités qui ont du m'échapper. Ostermeier est un metteur en scène à la fois ludique et toujours assez rigoureux par rapport au texte. Il a poussé dans ses retranchements l'interprétation du texte d'Hamlet et le jeu de celui-ci. Son parti pris me semble être le suivant : Hamlet simule la folie, mais la folie prend possession de lui. Son simulacre sans rémission lui devient la seule voie possible. Ainsi, il y a peu de différence entre ses moments de lucidité et ses dérives. Cette interprétation nous prive d'un jeu de Hamlet plus contrasté entre folie feinte et lucidité. Néanmoins elle permet à l’acteur de laisser libre cours à une certaine spontanéité et d’interpeller le public. Il suit une femme sortant de la salle avant de réapparaître un peu plus tard en annonçant qu'elle est enceinte. Hamlet est déjà, dès la première scène tout aussi excessif que dans les dernières. (Les silences permettent au public de reprendre parfois pied et de jouer sur le rythme de la pièce.) Malgré ce choix, un peu réducteur, la mise en scène nous fait découvrir une interprétation à la fois innovante et respectant la forme du texte.

  • Nous sommes dans un monde totalitaire où le pouvoir semble omniprésent à travers surveillances et décisions arbitraires…
  • Le monologue « être ou ne pas être » est une parodie des discours de Hitler (avec son accent autrichien) avec un acteur se balançant entre les chaînes du rideau de scène. Il sait qu’il est épié et il en rajoute…
  • Tout en étant odieux avec Ophélie, avec forces mimiques, il lui demande pardon pour ce qu’il est en train de faire, sachant que ses ennemis sont en train de l’épier.
  • Polonius est à la fois drôle et détestable.

Ostermeier fait beaucoup avec peu. Par exemple, le roi s’exprime en public avec un micro pour marquer la solennité de son discours. Les changements de personnages ou les procédés de jeu ne sont jamais dissimulés au public : nettoyage, remaquillage… Ce que Hamlet n’arrive pas à dire parfois, il le montre en désignant le prompteur affichant la traduction. Nombre de scènes restent mémorables :

  • La scène initiale longue et entièrement muette.
  • Les interventions poignantes d’Ophélie. (Ostermeier pense qu'Hamlet commet l'erreur de croire qu'Ophélie est une ennemie)
  • Le théâtre dans le théâtre : parodie d’un théâtre glauque avec des acteurs travestis, nus et très moches.
  • La scène du duel
  • Les clowneries d’Hamlet
  • Les astuces pour ne jouer cette pièce qu'avec 6 acteurs

D’un point de vue du puriste :

  • Le jeu flamboyant d’Hamlet efface peu à peu celui de ses partenaires ; le roi surtout...
  • Laërte comme à l’habitude est un personnage un peu fade, alors qu’il devrait se conduire comme une star. Il est à l’égal d’Hamlet.
  • Les scènes des fossoyeurs et de Polonius demandant à Reynaldo d’espionner Laerte sont coupées (pour tenir en 3h).
  • Pour Ostermeier, Hamlet se méprend sur l’identité de celui qu’il tue et assassine Polonius en le prenant pour un rat. (version la plus classique)


Les plus grands metteurs en scène sont excessifs (Strehler, Ostermeier, Fomenko...) . Ils chargent leurs personnages, ils font maintes clowneries au cœur des moments dramatiques. Ils osent tout.

Ils se moquent de nous en vantant leur sérieux dans les doctes émissions de radio, mais ils sont capables de transformer la plus sérieuse des pièces de Tchekhov en une suite de loufoqueries ininterrompues.

Nous avons parfois, improvisateurs, le sentiment d'en faire trop. En voyant ces pièces classiques, je me demande si nous ne jouons pas avec plus de boulets aux pieds qu'il nous en paraît.

(Voir ici même une critique de la pièce sur le blog d'un passionné de Hamlet et qui défend la thèse d'un suicide programmé de Hamlet).

Lors du débat avec Thomas Ostermeier qui a suivi la représentation, celui-ci a parlé de son film "Hamlet en Palestine". Si le monde d'Hamlet nous paraît éloigné et schizophrénique, à nous européens, ce n'est pas du tout le cas en Palestine oú chaque garçon a fait au moins un bref séjour en prison. Les difficultés éprouvées par Hamlet sont significatives pour n'importe quel palestinien pris en étau entre les relations tribales de la société, les autorités palestiniennes et la pression constante des Israéliens.

Lars Eidinger dans Hamlet

Lars Eidinger dans Hamlet

Repost 0
Published by improse - dans Scène - Théâtre
commenter cet article

Présentation

  • : Improse
  • Improse
  • : Christophe Tournier, auteur du manuel d'improvisation théâtrale, vous fait partager ses explorations dans le monde merveilleux de l'improvisation théâtrale.
  • Contact

Recherche