Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2008 6 10 /05 /mai /2008 00:00
Quintilien nous parle d'improvisation en l'an I de notre ère. Après avoir décrit quelques techniques d'écriture et de rhétorique, Quintilien s'attache à nous aider à "Acquérir la faculté d'écrire, de méditer et celle même de plaider sur-le-champ". Quintilien propose d'avoir un plan en tête mûri par la réflexion (ce qu'il appelle la méditation). "Je n'admirerai jamais non plus un discours où tout sera abandonné au hasard, comme ce flux de paroles qu'on voit chez les femmes du peuple, quand elles se querellent. À l'égard de ces improvisations qui naissent de la chaleur de l'âme et de l'enthousiasme, elles ont souvent un mérite auquel ne saurait atteindre le travail le mieux soigné : aussi les anciens orateurs y voyaient-ils, au rapport de cicéron, une véritable inspiration divine !" Quintilien ne doute pas qu'il faille apprendre à improviser. "Certains déclamateurs ont, je le sais, la misérable gloriole de vouloir parler sans préparation, sur le premier sujet qu'on leur donne; il en est de même qui poussent la frivolité et la jactance jusqu'à demander par quel mot on veut qu'ils commencent. Mais en se jouant ainsi de l'éloquence, l'éloquence se rit d'eux à son tour, et, en voulant passer pour habiles aux yeux des sots, ils ne passent que pour être des sots aux yeux des habiles... Il peut arriver cependant qu'une circonstance imprévue force un orateur à plaider sur-le-champ; c'est alors qu'il a besoin d'une grande souplesse d'esprit; il lui faut concentrer toute son attention sur les choses, en se relâchant un peu sur les mots, dans l'impuissance de s'occuper des unes et des autres. Dans ce cas, il a recours à une prononciation plus lente, qui lui donne quelque répit ; il tient pour ainsi dire, ses paroles en suspens, de manière, toutefois, à paraître plutôt délibérer qu'hésiter. Voilà ce qu'il convient de faire en quittant le port, si la brise s'élève, avant que le vaisseau ne soit complètement appareillé ; ensuite, chemin faisant, on déploie successivement ses voiles, on dispose ses cordages, et l'on n'a plus qu'à s'abandonner aux vents... Il ne faut pas moins d'application et de soin pour entretenir cette faculté, que pour l'acquérir : elle diffère en cela de tout autre art, qui, une fois qu'on l'a bien appris, ne s'oublie plus: l'habitude même d'écrire, si on la néglige, perd très peu de sa célérité acquise ; mais le talent d'improviser, qui consiste à avoir tout sous sa main, à être prêt à tout, ne se conserve que par l'exercice."

Partager cet article

Repost 0
Published by Christophe Tournier - dans Impro au quotidien
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Improse
  • Improse
  • : Christophe Tournier, auteur du manuel d'improvisation théâtrale, vous fait partager ses explorations dans le monde merveilleux de l'improvisation théâtrale.
  • Contact

Recherche