Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2007 7 16 /09 /septembre /2007 00:00

Dans une interview passionnante donnée en juillet dernier au Canada, Keith Johnstone ne mâche pas ses mots. Extraits... "Le TheatreSports est une guerre entre improvisateurs. " Il ne faudrait jamais monter sur une scène pour y être drôle. Parce que le public a le droit de ne pas rire. Être sur scène, c'est créer un rapport entre les personnages et laisser l'assistance décider si la scène est drôle ou non. C'est une question de bon sens. Le TheatreSports est intéressant si les personnes ne s'inquiètent pas de qui gagne. C'est un jeu et vous jouez pour le plaisir. Mais malheureusement les gens sont si agressifs qu'ils s'inquiètent de qui va gagner. Des suggestions du public De mon point de vue, on ne devrait pas obtenir de suggestions de l'assistance. Je pense que c'est ridicule. Le public concourt à abîmer votre travail. Si vous êtes le prince des grenouilles et que vous demandez une suggestion, on vous proposera d'être cul-de-jatte. Exemple: Je me suis assis une fois près d'une personne qui a proposé, « je veux voir une scène au sujet de claquettes. » J'ai demandé, « êtes vous un danseur ? » Il a dit, « oui, oui ! Comment vous avez su ? » Personne sur la scène ne veut jouer ce sujet parce que ce n'est le truc de personne; c'est son truc à lui. Mais il ne pense pas à donner quelque chose qui inspirera ; il donne quelque chose qu'il voudrait faire s'il était dans la situation des acteurs.Il y a une forme dirigée appelée Micetro où vous avez un maître de cérémonie qui fait lui-même les suggestions. De plus si vous prenez une suggestion du public, elle vous protège. Vous ne vous engagez pas. C'est une manière de se cacher. De la crainte de jouer La chose est hors de contrôle. Le public aime la spontanéité. Il aime voir les acteurs jouer. Mais je n'aime pas voir des adultes effrayés qui se protègent sur scène. Je pense que la crainte doit disparaître. Dans un théâtre suédois, un vieil acteur me dit, « vous êtes la première personne dans ma carrière qui ait jamais mentionné la peur. » La peur est un sujet tabou. Les gens ne sont pas censés avoir peur. Mais ils sont pétrifiés. Les acteurs ont un fort taux d'alcoolisme. Les vendeurs et les acteurs en déplacement sont toujours au-dessus du taux normal. A cause de la terreur et en partie parce qu'ils sont à la dérive dans les villes étrangères et il y a toujours un pub à côté du théâtre. C'est une grande tentation. Des règles et des préjugés en impro Pour se débarrasser de la peur, on a institué des règles. Il y a ainsi beaucoup de règles, comme celle qui consiste à ne pas poser de questions. C'est une règle qui s'est propagée. Si quelqu'un pose une question, on pourrait lui demander « Avez-vous posé cette question parce que vous aviez peur ? » L'imposition des règles est ridicule. Est-ce que vous avez détruit l'idée par lâcheté ou vous l'avez détruite parce que c'était plus amusant ? Si c'est plus amusant, vous pouvez continuer. De la culture de la performance Vous montez sur scène afin de donner le meilleur de vous-même. Et puis, naturellement, vous avez peur. Vous devriez aller sur scène et juste chercher à être moyen. Puisque si vous êtes bon, vous ne devez y allez que pour faire ce que vous faites d'habitude. Et si vous n'êtes pas bon, cela ne vous sert à rien d'essayer d'être un bon improvisateur. Notre culture essaye toujours de pousser les personnes à donner plus que ce qu'elles peuvent apporter. N'essayez pas d'écrire un grand poème. C'est ridicule. Ecrivez juste un poème et voyez ce qu'il en sort.

Partager cet article

Repost 0
Published by Christophe Tournier - dans Atelier d'impro
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Improse
  • Improse
  • : Christophe Tournier, auteur du manuel d'improvisation théâtrale, vous fait partager ses explorations dans le monde merveilleux de l'improvisation théâtrale.
  • Contact

Recherche