Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 20:42

Je me suis penché sur le livre de Jean-Laurent Cochet : l'art et la technique du comédien.

Celui-ci a traversé au cours de sa carrière les grands textes du répertoire : sa passion. Sa principale activité en dehors du jeu est la transmission pédagogique. Ses cours sont donnés parfois en public. Ils sont une manière pour lui d'enseigner et d'éduquer le public à plus de discernement (p74). Sa pratique est a priori aux antipodes de l'improvisation, car une grande partie de son enseignement porte sur l'art de dire les grands textes, de rentrer non pas dans les personnages, mais d'interpréter ces supers personnages que sont les rôles du répertoire. Son livre décrit de manière originale sa perception de ces grands rôles. Il donne peu d'information sur la technique qu'il décline lors de son enseignement quotidien. Il énumère néanmoins ses grands principes : chercher le sens viscéral du texte voulu par l'auteur, atteindre à l'éloquence sensible : "faire croire que l'on improvise".(p90). Les textes se disent avec naturel sans jamais respecter la ponctuation écrite, sans oublier les silences. Il utilise la réaccentuation pour mettre en relief le texte. Maître corbeau sur un arbre PERCHE nécessite une réaccentuation pour bien faire comprendre que ce n'est pas l'arbre qui est perché, mais le corbeau. La respiration au niveau du bas-ventre est une clé de la technique de diction.

Comme Jouvet, il différencie l'acteur du comédien, ce dernier étant au-dessus. Il considère que l'acteur habite un personnage alors que le comédien est habité par le personnage. (p86) Ainsi, le comédien peut jouer tous les rôles.

Jean-Laurent Cochet ne se gêne pas après une longue carrière pour dire son admiration sur des auteurs délaissés aujourd'hui comme Anouilh, Musset et surtout Sacha Guitry (trop à droite selon la doxa en cours).

Pour lui, connaissant ses textes sur le bout des doigts, il ne fait aucun doute que Molière travaillait avec Corneille, Molière était l'acteur et l'improvisateur. Corneille, son ami, écrivait les grandes tirades. Cette remarque venant d'un fin connaisseur, ayant joué et éprouvé molière, me semble pleine de bon sens.

Si on habite Paris, on ne manquera pas d'assister au moins une fois à une de ces "Master-Class". Question de mieux comprendre cette grande tradition du Théâtre français, exigeante sur la diction des grands textes et issue de Jouvet, Dullin et Copeau. Voici des émissions 1 et 2 où Jean-Laurent Cochet expose ses idées sur le théâtre.


Partager cet article

Repost 0
Published by improse - dans Livres
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Improse
  • Improse
  • : Christophe Tournier, auteur du manuel d'improvisation théâtrale, vous fait partager ses explorations dans le monde merveilleux de l'improvisation théâtrale.
  • Contact

Recherche